Soins infirmiers : pansement VAC (pour éventrations, escarres)

Les suites des cures d’éventration nécessitent des soins assez longs lorsqu’il reste une plaie trop large pour être suturée : dans ce cas, on comble l’espace entre 2 berges avec un matériel spécifique : le pansement VAC.

Le VAC c’est quoi?

Lors de ce soin stérile qu’est le pansement d’éventration, on dispose une mousse le plus souvent noire que l’on a taillée selon les dimensions de la plaie. Elle est recouverte de  manière à la rendre imperméable (opsite) et reliée à une machine aspirative. L’intérêt est d’accélérer le processus de cicatrisation en évitant trop de macération. Ce dispositif reste en place autant qu’il permet d’absorber des sécrétions, comme un pansement d’escarre. Le VAC peut d’ailleurs être utilisé pour les soins d’escarres qui présentent de grandes plaies. Généralement le soin de VAC a lieu tous les 2 ou 3 jours.

MATÉRIEL pour le pansement VAC

  • serum physiologique en grande quantité
  • Pack contenant la mousse, le réservoir et les opsites
  • scalpel
  • masque et charlotte
  • gants stériles
  • gants à usage unique
  • compresses

DÉROULEMENT DU pansement d’éventration : nettoyage

Entrez dans la pièce en protégeant cheveux, bouche et nez avec une charlotte et un masque. Après avoir déballé et préparé tout le matériel stérile, lavez-vous les mains, enfilez des gants à usage unique et enlevez l’opsite et la mousse tout en l’arrosant de serum physiologique. Effectivement cela permet de décoller la mousse plus facilement : cette technique est moins douloureuse. Toutefois, l’utilisation de serum physiologique peut être plus douloureuse que l’eau stérile… Tout dépend également des habitudes de services qui sont généralement les meilleures stratégies réalisables.

Réfection de VAC : soin ultra stérile

Passez vos mains à la SHA puis mettez les gants stériles. A l’aide de compresses, épongez les éventuels liquides présents, puis rincez au serum physiologique la cavité. Si besoin, tentez d’enlever l’excès de fibrine sans prendre le risque de faire saigner. Lorsque tout est propre, coupez la mousse avec le scalpel de sorte qu’elle s’appuie contre chaque berge sans laisser d’espaces vides. Recouvrez d’un opsite que vous percez ensuite en son centre, d’un trou d’une largeur d’une pièce d’un € pour que le système d’aspiration soit en contact avec la mousse. Recouvrez du deuxième opsite et branchez le moteur : la mousse doit être comprimée par l’aspiration, se resserrant sur elle-même. Si vous ne constatez aucun impact sur la mousse c’est qu’il y a une fuite d’air quelque part et le pansement VAC sera inefficace : il faut donc recommencer à moins de parvenir à rectifier le tir en rajoutant un opsite mais c’est rarement suffisant… C’est la joie des pansements en digestif…

Réglage de l’appareil VAC

Pour régler la pression, il convient de respecter les indications du médecin : cela dépend du type et de la quantité d’exsudat, de la plaie, de la douleur