Prise de tension artérielle : normes, gestes et intérêt.

Les soins infirmiers passent aussi et surtout par la surveillance!

Quelques termes à connaître pour bien comprendre la pression artérielle

Lorsqu’on prend une tension, on doit obtenir deux chiffres : le premier est le plus élevé (systolique) et le second, le plus bas (diastolique).  A quoi correspondent-ils? Lorsqu’on gonfle le brassard, on bloque la circulation sanguine : puis en dégonflant on permet au sang de retrouver son débit normal. On en entend alors dans le stéthoscope un premier bruit : c’est la systolique. Puis c’est une succession de pulsations qu’on entend, dont le bruit est de plus en plus faible, jusqu’à disparaître. Le dernier battement perçu correspond à la diastolique.

Normes de la tension artérielle

Nous avons besoin de deux chiffres : par exemple la pression considérée comme correcte est 13/7 mmHg. Mais en fait c’est plus compliqué que ça : on considère qu’au-delà de 14/9, la pression artérielle est élevée. A l’inverse, lorsqu’elle passe sous la barre des 12/7 elle indique une hypotension. Tout cela est théorique : on constate toutefois que certains sujets ont une tension de 11/7 en permanence. Dans ce cas, pas d’inquiétude! Ensuite, une femme peut avoir une pression plus basse que l’homme en général : si elle a 14 de systolique, c’est plus inquiétant que chez un sujet de sexe masculin.

Pression artérielle : technique

La personne doit être au repos depuis au moins 5 minutes pour ne pas fausser les résultats. Généralement on la mesure en position assise. Sauf en cas de chirurgie (ablation du sein) ou d’hémiplégie, on mesure toujours la tension artérielle au bras gauche. On enfile le brassard, on place le stéthoscope au niveau de l’artère humérale, au pli du coude. On gonfle à l’aide la poire en s’assurant que celle-ci est verrouillée (sinon on peut toujours gonfler, l’air ressort aussitôt! Et avec le stéthoscope dans les oreilles, parfois on ne l’entend pas…). Lorsque l’aiguille arrive à 16 on peut tout doucement dévisser la poire pour que le brassard se dégonfle, et l’on repère à quel chiffre on entend le premier battement, puis le dernier. Explications en vidéo pour mieux visualiser tout ça!